La gestalt-thérapie

Gestalt est un mot allemand que l’on peut traduire par « la forme, ce qui apparaît, ce qui fait figure ». Le principe central de la théorie de la Gestalt est le suivant : « Le tout est autre que la somme de ses parties ».

En effet, l’œil et le cerveau humain perçoivent une forme globale d’une manière différente de la manière dont ils perçoivent les parties qui la composent.

Parmi les lois de la perception, la loi de figure/fond permet de comprendre comment l’œil peut séparer une figure d’un arrière plan. Toute perception et toute représentation mentale divise ainsi en un avant-plan et un arrière-plan.

    Regardons l’image du vase de Rubin : l’œil peut voir un vase ou deux visages qui se font face.

La Gestalt-thérapie est une démarche thérapeutique élaborée par Fritz Perls, son épouse Laura Perls et Paul Goodman. Née aux Etats Unis dans les années 50, elle arrive en France dans les années 70.

Elle est une psychothérapie humaniste qui considère la personne dans sa globalité : le cognitif, l’émotionnel et le corporel.

Elle ne se limite pas à l’intrapsychique, elle s’intéresse également aux interactions de l’individu avec ses différents environnements : personnel, professionnel, social.

Une spécificité de la gestalt-thérapie est la posture du thérapeute. Le gestalt-thérapeute s’engage dans la relation avec son patient afin de l’aider à explorer sa difficulté et sa façon d’être en relation avec les autres.

La visée du travail thérapeutique est de permettre au patient, en s’appuyant sur ses ressentis et ses sensations corporelles, de se découvrir et d’expérimenter d’autres manières de s’ajuster dans sa relation aux autres et à son environnement. Ceci afin de s’orienter et de choisir ce qui est bon pour lui avec liberté, autonomie et responsabilité.